mardi 11 décembre 2007

Repasses tes traductions!

BlogJob se devant de relayer les infos du net qui valent le coup, voici un lien plutôt caucasse vers un confrère de la toîle, et pas des moindres. Ou comment attirer le chalant multicarte...

Dans une entrée récente de son blog*, Pierre Assouline cite une offre d'emploi parue sur le site de l'ANPE. Cette offre d'emploi (n°595453L) propose 13 euros de l'heure pour traduire un roman du français en arabe, mais aussi effectuer les taches ménagères et faire les courses !
Le président de l'ATLF (Association des Traducteurs Littéraires de France) a dû prendre sa plus belle plume pour expliquer à l'ANPE que cette offre était jugée insultante pour la profession : "Pratiquée par plusieurs centaines de traducteurs littéraires qualifiés, diplômés, universitaires, la traduction exige de très hautes compétences dans le domaine des lettres étrangères et dans la maîtrise de la langue française."

Depuis la parution, le 25 novembre 2007, de cet article dans le blog de Pierre Assouline, l’ANPE a retiré cette annonce. Et ce qu’il y a de stupéfiant là-dedans, ce n’est pas tant le retrait lui-même mais la cause invoquée : lorsque vous cliquez sur le lien « cette offre d’emploi » – et nous vous invitons à la faire, bien entendu – voici le message que vous délivre l’ANPE :
« Déconnexion du réseaux – Vous venez d'être déconnecté pour des raisons de sécurité. Le plus souvent, le système vous déconnecte automatiquement lorsque le délai entre le début d'une action et sa validation excède les 15 minutes. Nous vous invitons à retourner sur la page d'accueil. Pour plus d'information consultez notre aide sur les problèmes de connexion ou écrivez pour nous pour préciser le problème en utilisant notre formulaire de contact. Veuillez nous excuser de la gêne occasionnée. Retour à l'accueil. »

Nous vous laissons toute liberté de contacter ce service en ligne afin de demander plus d’information sur « les raisons de sécurité » qui empêchent tout traducteur en manque de tâches ménagères de consulter à sa guise une éventuelle offre d’emploi qui aurait pu satisfaire ses besoins. Quant à la déconnexion automatique, il faudra qu’il vous explique comment elle peut l’être alors même qu’un simple clic d’une fraction de seconde vous a mené jusqu’à cette fin de non recevoir.

John Doe & Sébastien Gendron

* http://passouline.blog.lemonde.fr/2007/11/25/on-demande-traducteur-sachant-repasser/

3 commentaires:

ZeN a dit…

Halte à la paranoïa, c'est un bug... Le site de l'anpe, comme bon nombre d'autres, utilise ce qu'on appelle des "cookies de session".
En gros, lorsque vous arrivez sur la page d'accueil d'un site, ce dernier vous attribue un "cookie"; si vous ne faites rien pendant plus de x minutes, le cookie expire et vous n'êtes plus reconnu par le système.
Dans le cas présent, vous essayez d'atteindre une page sans passer par la page d'accueil du site et donc sans avoir de cookie attribué : le système, lui, pense que vous n'avez pas de cookie parce que vous n'avez rien fait pendant x minutes et vous en informe.

Pour vous en convaincre, passez par la page d'accueil de l'anpe, lancez une recherche d'offre, puis cliquez sur votre lien : magie, le système vous indique le plus normalement du monde que votre annonce n'existe plus.

SG a dit…

Point de paranoïa là-dedans, cher Zen. Je commence juste à en avoir assez d'entendre seriné cette perpetuelle litanie "pour votre confort et votre sécurité". C'est d'ailleurs précisement ces termes qui attirent la paranoïa. Avant qu'on ne les prononce, il n'y avait pas d'inquiétude. Et puis soudain, on prend conscience qu'on été en danger et que pour notre sécurité, bla, bla. On a eu très peur. Tout ça pour une pauvre annonce minable...

Emmanuel Pailler a dit…

C'est bien dommage, moi qui suis traducteur, j'aurais bien aimé faire le ménage en plus. Et c'était bien payé quoi...par rapport à un salaire du Nordeste brésilien.
Je découvre votre blog, bravo.